/NOTE AUX RÉDACTEURS : AUCUNE DISTRIBUTION NI DIFFUSION AUX ÉTATS-UNIS./

TORONTO, le 30 nov. 2021 /CNW/ - La Banque de Nouvelle-Écosse (la « Banque Scotia ») (TSX: BNS) (NYSE: BNS) a annoncé aujourd'hui que la Bourse de Toronto (« TSX ») et le Bureau du surintendant des institutions financières (« BSIF ») avaient approuvé son offre publique de rachat dans le cours normal des activités visant jusqu'à 24 millions de ses actions ordinaires, soit environ deux pour cent des 1 215 705 098 actions ordinaires émises et en circulation au 22 novembre 2021.

La Banque Scotia estime que l'achat de ses actions ordinaires au cours du marché est un placement judicieux de ses fonds pour accroître la valeur actionnariale et favoriser la gestion des capitaux.

Les rachats dans le cadre de l'offre pourront commencer le 2 décembre 2021 et prendront fin le 1er décembre 2022, ou avant si la Banque Scotia termine le rachat plus tôt, conformément à son avis d'intention déposé à la Bourse de Toronto. La Banque fera les rachats sur le marché libre par l'intermédiaire de la Bourse de Toronto et de systèmes de négociation parallèles canadiens désignés. Le prix payé en contrepartie des actions ordinaires correspondra au cours du marché au moment de l'acquisition. Les rachats peuvent également être faits par d'autres moyens permis par la TSX et la législation applicable en matière de valeurs mobilières, notamment au moyen d'ententes de gré à gré ou de programmes de rachat d'actions particuliers conformément aux dispenses d'offres publiques de rachat émises par les autorités de réglementation des valeurs mobilières concernées. Les rachats dans le cadre d'une dispense d'offres publiques de rachat émise par une autorité de réglementation des valeurs mobilières seront habituellement effectués à escompte par rapport au prix courant du marché.

Compte tenu du volume de négociation quotidien moyen de 3 926 450 actions ordinaires sur les six derniers mois civils à la Bourse de Toronto, le rachat maximal par jour est fixé à 981 612 actions ordinaires, exception faite des achats en bloc. Toutes les actions ainsi rachetées seront annulées.

Le 2 décembre 2021, la Banque Scotia établira un programme de rachat automatique selon lequel son courtier, Scotia Capitaux Inc., pourra acheter périodiquement ses actions ordinaires conformément à l'offre de rachat dans le cours normal des activités selon un ensemble de critères établis que la Banque ne pourra modifier ni suspendre. Le nombre réel d'actions ordinaires rachetées dans le cadre du programme, le moment des achats et le prix par action dépendront de la conjoncture du marché. La Banque Scotia avisera le BSIF chaque trimestre avant d'effectuer des rachats.

Dans le cadre de son offre de rachat précédente qui prenait fin le 3 juin 2020, pour laquelle la Banque Scotia avait demandé et reçu l'approbation de la Bourse de Toronto afin de racheter jusqu'à 24 millions d'actions ordinaires, la Banque Scotia a racheté 11 794 800 actions ordinaires sur le marché libre en vue de leur annulation, au cours moyen pondéré en fonction du volume d'environ 72,41 $ par action. Ces rachats ont eu lieu avant le 13 mars 2020, date à laquelle le BSIF a exigé des institutions de dépôts fédérales qu'elles suspendent tout rachat d'actions ordinaires, et ce, dans le cadre des mesures pour faire face à la pandémie de COVID-19.

Énoncés prospectifs

À l'occasion, nos communications publiques comprennent des énoncés prospectifs verbaux ou écrits. Le présent document renferme ce genre d'énoncés, qui peuvent également être intégrés à d'autres documents déposés auprès des organismes de réglementation des valeurs mobilières du Canada ou de la Securities and Exchange Commission des États-Unis (la « SEC »), ou à d'autres communications. De plus, des représentants de la Banque peuvent fournir verbalement des énoncés prospectifs à certains analystes, investisseurs, médias et autres intervenants. De tels énoncés sont formulés aux termes des règles d'exonération de la loi américaine intitulée Private Securities Litigation Reform Act of 1995 et de toute loi pertinente sur les valeurs mobilières en vigueur au Canada. Les énoncés prospectifs peuvent comprendre, notamment, les énoncés formulés dans le présent document, dans le rapport de gestion de la Banque figurant dans son rapport annuel 2021 à la rubrique Perspectives, ainsi que dans tout autre énoncé concernant les objectifs de la Banque, les stratégies qu'elle emploie pour les atteindre, le contexte réglementaire dans lequel la Banque exerce ses activités, ses résultats financiers prévisionnels et les perspectives à l'égard des activités de la Banque et de l'économie du Canada, des États-Unis et du monde entier. On reconnaît habituellement les énoncés prospectifs à l'emploi de termes ou d'expressions comme « croire », « prévoir », « s'attendre à », « envisager », « avoir l'intention de », « estimer », « projeter », « planifier », « viser » et autres expressions similaires ainsi que par la conjugaison des verbes au futur et au conditionnel comme « devrait » et « pourrait ».

Du fait de leur nature, les énoncés prospectifs exigent que nous posions des hypothèses et sont assujettis à des incertitudes et à des risques inhérents qui donnent lieu à la possibilité que les prédictions, les prévisions, les projections, les attentes ou les conclusions se révèlent inexactes, que nos hypothèses puissent être incorrectes et que nos objectifs de performance financière, notre vision et nos objectifs stratégiques ne puissent être atteints.

Nous conseillons aux lecteurs de ne pas se fier indûment à ces énoncés étant donné que les résultats réels pourraient différer sensiblement des attentes, des cibles, des estimations et des intentions exprimées dans ces énoncés prospectifs en raison de divers facteurs de risque, dont plusieurs sont indépendants de notre volonté et dont l'incidence peut être difficile à prévoir.

Les résultats futurs liés aux énoncés prospectifs peuvent être influencés par de nombreux facteurs, dont, sans s'y limiter, les conditions générales de l'économie et du marché dans les pays où nous exerçons nos activités; les variations des taux de change et d'intérêt; la hausse des coûts de financement et de la volatilité en raison de l'illiquidité du marché et de la concurrence pour le financement; le défaut de tiers de respecter leurs obligations envers la Banque et envers les sociétés membres de son groupe; les changements apportés aux politiques monétaires, fiscales ou économiques et les modifications apportées aux lois fiscales et aux interprétations connexes; les changements apportés aux lois et à la réglementation ou aux attentes et exigences prudentielles, y compris les exigences et les lignes directrices relatives aux fonds propres, aux taux d'intérêt et à la liquidité, ainsi que l'incidence de ces changements sur les coûts de financement; les changements aux notations de crédit qui nous sont attribuées; le risque d'exploitation et le risque lié aux infrastructures; le risque de réputation; l'exactitude et l'exhaustivité de l'information que la Banque reçoit sur sa clientèle et ses contreparties; la mise au point et le lancement de nouveaux produits et services en temps opportun; la portée avec laquelle les produits ou services vendus précédemment par la Banque obligent la Banque à s'acquitter d'obligations ou à absorber des pertes non envisagées au moment de leur création; notre capacité à réaliser nos plans stratégiques, notamment à mener à terme les acquisitions et les cessions, ce qui comprend l'obtention des approbations des organismes de réglementation; les principales estimations comptables et l'incidence des modifications des normes comptables, des règlements et des interprétations connexes sur ces estimations; l'activité sur les marchés financiers mondiaux; la capacité de la Banque à recruter, à former et à conserver des dirigeants clés; l'évolution de divers types de fraude ou d'autres activités criminelles auxquels la Banque est exposée; les perturbations et les attaques (notamment les cyberattaques) visant les technologies de l'information, l'accès au réseau ou les autres systèmes ou services de communication vocaux ou de données de la Banque ou visant Internet; l'augmentation de la concurrence dans tous nos secteurs géographiques et d'activité, notamment en provenance de concurrents offrant des services bancaires par Internet et par appareil mobile et de concurrents non conventionnels; l'exposition liée aux enjeux réglementaires et aux litiges importants; les changements climatiques et autres risques environnementaux et sociaux, notamment les problèmes pouvant survenir en lien avec la durabilité et ceux qui résultent des activités commerciales de la Banque; la survenance de catastrophes naturelles ou non et les réclamations découlant de ces événements; le déclenchement sur une grande échelle de crises sanitaires ou de pandémies, notamment l'ampleur et la durée de la pandémie de COVID-19 et son incidence sur l'économie mondiale, sur les conditions des marchés financiers ainsi que sur les activités, les résultats d'exploitation, la situation financière et les perspectives de la Banque; de même que la capacité de la Banque à prévoir et à gérer les risques que comportent ces facteurs. Une grande partie des activités de la Banque consiste à consentir des prêts ou à affecter autrement ses ressources à certains secteurs, entreprises ou pays. Tout événement imprévu touchant ces emprunteurs, secteurs ou pays risque d'avoir une incidence défavorable importante sur les résultats financiers de la Banque, sur ses activités, sur sa situation financière ou sur sa liquidité. Ces facteurs, et d'autres encore, peuvent faire en sorte que la performance réelle de la Banque soit, dans une mesure importante, différente de celle envisagée par les énoncés prospectifs. La Banque tient à préciser que la liste ci-dessus n'est pas une liste exhaustive de tous les facteurs de risque et autres facteurs potentiels pouvant avoir une incidence négative sur ses résultats. Pour plus de renseignements, il y a lieu de se reporter à la rubrique Gestion du risque du rapport annuel 2021 de la Banque, compte tenu des ajouts figurant dans les rapports trimestriels.

Les hypothèses économiques importantes sous-jacentes aux énoncés prospectifs figurant dans le présent document sont présentées dans le rapport annuel 2021 à la rubrique Perspectives, compte tenu des ajouts figurant dans les rapports trimestriels. Ces rubriques Perspectives sont fondées sur les opinions de la Banque et leur réalisation est incertaine. Le lecteur est prié de tenir compte des facteurs susmentionnés à la lecture de ces rubriques. Lorsqu'ils se fient à des énoncés prospectifs pour prendre des décisions à l'égard de la Banque et de ses titres, les investisseurs et les autres personnes doivent se pencher diligemment sur ces facteurs, ainsi que sur d'autres incertitudes et éventualités.

Les énoncés prospectifs contenus dans le présent document reflètent l'avis de la direction à la date des présentes seulement et sont présentés dans le but d'aider les actionnaires de la Banque et les analystes à comprendre la situation financière de la Banque, ses objectifs et ses priorités ainsi que sa performance financière prévisionnelle aux dates indiquées et pour les périodes closes à ces dates, et ils peuvent ne pas convenir à d'autres fins. Sauf si la loi l'exige, la Banque ne s'engage pas à mettre à jour les énoncés prospectifs verbaux ou écrits qui peuvent être faits de temps à autre par elle ou en son nom.

Le lecteur trouvera d'autres renseignements sur la Banque sur le site Web de SEDAR, au www.sedar.com, ainsi que dans la section EDGAR du site Web de la SEC, au www.sec.gov.

À propos de la Banque Scotia

La Banque Scotia compte parmi les chefs de file du secteur bancaire dans les Amériques. Dans l'esprit de sa mission d'entreprise, « pour l'avenir de tous », elle contribue à la réussite de ses clients, de leur famille et de leur collectivité en offrant des conseils et une vaste gamme de produits et de services, dont des services bancaires aux particuliers, aux entreprises et aux sociétés, des services bancaires privés, d'investissement et de gestion de patrimoine ainsi que des services liés aux marchés des capitaux. Au 31 octobre 2021, l'effectif de la Banque Scotia comptait quelque 90 000 employés et les actifs s'élevaient à environ 1 200 milliards de dollars. Les actions de la Banque Scotia sont cotées en bourse à Toronto (TSX : BNS) et à New York (NYSE : BNS). Pour en savoir davantage, veuillez consulter le http://www.banquescotia.com et suivre le fil @ScotiabankViews sur Twitter.

SOURCE Scotiabank

Copyright 2021 Canada NewsWire

Bank of Nova Scotia (TSX:BNS)
Historical Stock Chart
From Dec 2021 to Jan 2022 Click Here for more Bank of Nova Scotia Charts.
Bank of Nova Scotia (TSX:BNS)
Historical Stock Chart
From Jan 2021 to Jan 2022 Click Here for more Bank of Nova Scotia Charts.